Campagne : ma banque ? 0% carbone !

 

En 2015, face à l'urgence climatique, le Réseau Financité a lancé la campagne "Ma banque? 0% carbone" pour que les banques arrêtent d'investir dans les énergie fossiles.

 

 

Des centaines de  citoyens et 6 organisations de la société civile (Natagora, SOS Faim, Les Amis de la Terre, La Coalition Climat, NewB, IEW) ont signé la pétition Ma banque, 0% carbone pour demander :

1. Que les banques n'investissent plus dans les énergies fossiles

2. Que les banques réorientent les investissements dans les énergies renouvelables



COP21 :

La dépendance mondiale aux énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) est une des premières causes du réchauffement climatique. Ces combustibles représentent 80 % des émissions mondiales de CO2 et 67 % des émissions de gaz à effet de serre.

La COP 21 qui s'est tenue en décembre 2015 a débouché sur un accord historique. Cet accord prévoit notamment de limiter les émissions de gaz à effet de serre en dessous des 2°C. Selon le GIEC, il sera nécessaire réduire les émissions de CO2 de 40 à 70% d'ici 2050 par rapport à leur niveau de 2010 pour espérer agir sur le climat.


Pourquoi cibler les banques ?

Aujourd'hui, les banques investissent 9 fois plus dans les énergies fossiles que dans les énergies renouvelables. À travers les soutiens financiers qu'elles apportent aux entreprises actives dans le secteur des énergies fossiles, les banques ont leur part de responsabilité dans le réchauffement climatique !

Les banques belges n'échappent pas à la règle. Selon des études publiées sur scandesbanques.be, des banques comme ING et BNP Paribas ont investi plusieurs centaines de millions d'euros dans Gazprom, géant russe actif dans les secteurs du pétrole et du gaz. Les banques financent ainsi massivement des activités polluantes.


Désinvestir, pourquoi ?

Désinvestir vise à retirer son argent d'entreprises actives dans certains domaines controversés, dans ce cas le secteur des énergies fossiles.

Les campagnes de désinvestissement des énergies fossiles prennent de l'ampleur depuis 2010. Plus de 200 organisations à travers le monde ont déjà pris l'engagement de désinvestir des énergies fossiles. Récemment, le plus grand fonds de pension public au monde a lui aussi pris la décision de se désengager des entreprises qui exploitent le charbon.

=> Lire la REVUE DE PRESSE


Résultats de la campagne

Après la récolte des signatures, Financité a contacté les banques pour les avertir et connaitre leur position face aux exigences de leurs clients. Sur les 4 grandes banques contactées, seules 2 ont pris la peine de nous répondre. Voici leur position :

  • BNP Paribas Fortis a répondu, la banque a exposé ses engagements et dispose d'une politique en faveur du désinvestissement mais rien n'a encore été mis en oeuvre. La banque disposait déjà d'une politique de financement et d'investissement restrictif dans les sables bitumineux.

  • KBC a répondu mais il y a peu d'éléments tangibles dans sa politique de désinvestissement. C'est la seule banque à avoir baissé sa part d'énergie fossile entre les périodes 2004-2009 et 2019-2014. Elle finance cependant 68% d'entreprises actives dans les énergies fossiles.

  • ING n'a pas répondu à notre interpellation. Par ailleurs, elle a investi 20 milliards de dollars de prêts et d'investissement en plus dans les énergies fossiles.

  • Belfius n'a pas répondu à notre interpellation. La banque a réalisé 50 milliards d'emprunts dans les énergies fossiles contre 6 milliards dans les énergies renouvelables.

Pour davantage d'informations, consultez notre ANALYSE.


Et après qu'est ce qu'on fait ?

Les résultats sont éloquents voire inquiétants. Les banques investissent dans les énergies fossiles, leurs clients n'en sont pas informés. Pire, quand les clients interpellent les banques, certaines ont carrément décidé d'ignorer leurs revendications.

Au delà même de la problématique des investissements dans les énergies fossiles subsiste un problème de taille, transversal à la plupart des investissements que font les banques : la transparence. La campagne ma banque 0 % carbone a mis en lumière l'opacité des banques, la langue de bois, et le manque de contrôle citoyen.

=> Inscrivez-vous à la NEWSLETTER pour continuer à suivre notre actualité

COP23 #BelgiumActNow


En savoir plus :

 

 

Analyses et études Financité

Les initiatives ailleurs dans le monde :

Apprendre à épargner ?