«2050, Bruxelles en mieux»: des idées qui germent dès aujourd’hui

02/03/2020 (h)

Auteur(s): 

Le Soir

Bruxelles « neutre en carbone » en 2050. Voilà pour l’objectif. Sur papier. Comment y arriver ? Par quoi commencer ? On a un début de réponse et quelques germes sous la main. Mais tout reste à faire.

(...) « Le secteur financier plus que n’importe lequel, et les citoyens par rapport à leurs finances plus que n’importe quelle habitude de vie, ont une responsabilité fondamentale dans cette transition », martèle Bernard Bayot, directeur du réseau Financité, ASBL qui plaide depuis 30 ans pour une finance plus solidaire et plus responsable. Selon lui, il s’agirait davantage d’un problème d’allocation des ressources disponibles. Il suffirait d’activer l’argent là où il se trouve, comme les 260 milliards d’euros qui dorment sur les comptes d’épargne des Belges ou les 1.350 milliards de patrimoine financier, et de modifier leurs finalités. Pour ce faire, de grands changements structurels sont nécessaires car « pour le moment, le monde bancaire n’est pas du tout à la hauteur des défis climatiques », déclare Bernard Bayot en rappelant les chiffres de la dernière étude de l’ONG Fairfin. Entre 2016 et 2017, BNP Paribas et ING ont dépensé un euro dans les énergies renouvelables contre quatre euros dans les combustibles fossiles.