Banques: le client est-il le grand perdant ?