Bibliothèque

1 - 20 de 204 résultats

présentation et analyse de données issues de quatre services de médiation de dettes et de la Centrale des crédits aux particuliers

2021
0
Actualité Financité

Réduire les inégalités pour sauver le climat

Le règlement collectif de dettes : problèmes et solutions pour et par les personnes en situation de pauvreté,

2020
0
Contenu exclusif Financité
En Belgique, une personne sur quatre n’est pas en mesure de faire face à une dépense imprévue équivalent à un mois de ses revenus. C’est-à-dire qu’elle ne possède que très peu d’argent de côté. Face à l’angoisse des fins de mois difficiles, les conséquences de cette pauvreté sur la santé mentale ou physique ont largement été étudiées. Mais le manque d’épargne peut-il avoir également des conséquences sur l’emploi, tant au niveau de l’accès qu’au niveau de la productivité et de la qualité ? Une corrélation qui pourrait ouvrir de nouveaux champs d’action pour l’insertion socio-professionnelle.

A view from the UK, Germany, Greece and Italy

Ce document est disponible dans notre centre de documentation (référence MO-FERR2016-1)
Trop beau pour être vrai... mais qu’est ce qui se cache vraiment derrière les offres «gratuites»? Et pourquoi une campagne de prévention qui cible les jeunes adultes?
Contenu exclusif Financité
Des recommandations au sujet de la Centrale des crédits aux particuliers ont déjà été formulées par le Réseau Financité. Cette fois, c’est de la Centrale des crédits aux entreprises dont il est question. Nous allons examiner son fonctionnement et proposer des pistes d’amélioration, notamment au niveau des microcrédits professionnels.
Contenu exclusif Financité
Force est de constater que des puissances (parfois) contraires s'exercent dans les plaines de la médiation amiable, puisqu'on retrouve, dans cet espace où devrait prévaloir la collaboration, des snipers isolés qui peuvent tirer en tous sens : à savoir, certains créanciers qui forts de leurs privilèges et garanties peuvent réduire à néant les négociations en cours et le travail accompli. Cette possibilité, pour ces francs-tireurs, d’aggraver la situation rend la médiation amiable très fragile, voire inopérante dans les situations les plus délicates. Il est en effet assez troublant de constater que la médiation amiable, telle qu’elle (n')est (pas) organisée actuellement offre une prime aux créanciers les moins coopérants, les moins disposés à négocier. Quelles améliorations pourrait-on dès lors envisager pour aménager la procédure afin de la rendre plus attrayante et plus performante pour toutes les parties prenantes et pour éviter de devoir passer à une procédure beaucoup plus lourde et onéreuse, la médiation judiciaire ?
Contenu exclusif Financité
La médiation de dettes amiable, telle qu'on la connaît en Belgique, repose par essence sur le bon vouloir des parties prenantes, puisque que le cadre de cette intervention est non-contraignant. Dans la plupart des cas, elle se situe en amont de la médiation judiciaire, seconde étape nécessaire quand le médiateur n'aboutit pas à un accord entre les parties. En phase amiable donc, on peut légitimement s'interroger sur la manière dont les intérêts des diverses parties prenantes ont été pris en compte, et, dès lors, s'interroger sur les changements susceptibles de rendre le dispositif encore plus attrayant pour tout le monde, ce qui ne manquerait pas d'en impacter positivement l'efficacité !

Pages